Calendrier des évènements
septembre 2020
lundi mardi mercredi jeudi vendredi samedi dimanche
31 août 2020 1 septembre 2020 2 septembre 2020 3 septembre 2020 4 septembre 2020 5 septembre 2020 6 septembre 2020
7 septembre 2020 8 septembre 2020 9 septembre 2020 10 septembre 2020 11 septembre 2020 12 septembre 2020 13 septembre 2020
14 septembre 2020 15 septembre 2020 16 septembre 2020 17 septembre 2020 18 septembre 2020 19 septembre 2020 20 septembre 2020
21 septembre 2020 22 septembre 2020 23 septembre 2020 24 septembre 2020 25 septembre 2020 26 septembre 2020 27 septembre 2020
28 septembre 2020 29 septembre 2020 30 septembre 2020 1 octobre 2020 2 octobre 2020 3 octobre 2020 4 octobre 2020

Centre Hospitalier
Sainte-Anne
Institut Hospitalier
de Psychanalyse
1, rue Cabanis
75014 Paris
Tél : 01.45.65.80.88.

Le Collectif de Recherche Analytique a été créé sous l’impulsion de Françoise GOROG, psychanalyste et Médecin-chef au Centre Hospitalier Sainte-Anne à Paris.

Sa revue, « Corrélats », fait trace de ce qui s’y élabore.

CoRA est en lien avec l’association « Ferenczi après Lacan »

Ce Collectif de Recherche Analytique s’est donné pour but, dans le cadre d’un service de psychiatrie de secteur parisien :

De promouvoir la recherche en psychanalyse dans le cadre du service public.
De créer à cet effet les publications et les revues nécessaires.
De se donner les moyens d’évaluation des pratiques qui sont l’objet de la recherche.

Il s’adresse à toute personne intéressée par ces disciplines et organise un enseignement sous forme de séminaire annuel animé par Françoise Gorog, Catherine Millot, Stéphane Habib, Luc Faucher et Patricia Gavilanes.


« Je me voyais me voir », dit quelque part la Jeune Parque. Assurément cet énoncé a son sens plein et complexe à la fois quand il s’agit du thème que développe La Jeune Parque, à savoir celui de la féminité. Nous n’en sommes point arrivés là. Nous avons affaire au philosophe qui, lui, saisit quelque chose, dont on peut dire que c’est un des corrélats essentiels de la conscience dans son rapport à la représentation, et qui se désigne comme « je me vois me voir ».

Quelle évidence peut bien s’attacher à cette formule? Comment se fait-il qu’elle reste en somme corrélative à ce mode fondamental, inaugurant, originel, où nous nous sommes référés dans le cogito cartésien, par quoi le sujet se saisit comme pensée (au point même dernier où cette pensée, il l’isole en une sorte de doute, qu’on a appelé le doute méthodique)? Que tout ce qui pourrait lui porter appui dans la représentation où qu’il croit devoir l’imiter a sa saisie, par elle-même, dans le doute.

Jacques Lacan,
Séminaire XI, Les quatre concepts fondamentaux de la psychanalyse,
Seuil, 1973, p.76